Partagez|
avatar
Armarius
Messages : 373
Date d'inscription : 12/01/2016
MessageSujet: Islah Dim 4 Déc - 14:53

L'Islah

L'Islah (qui veut dire la "réforme") est une religion monothéiste mélangeant les mythes Sélènes et la mythologie tribale des hauts plateaux d'Insanlar en Orient Central.
Elle est très répandue en Orient, de la Terre Sainte jusqu'à l'Extrême Orient, en passant par les pays du Sadàn au Sud.
Son symbole est l'étoile à 7 branches.

Croyances
Zénobar et la Réforme (l'Islah)
Zénobar est le personnage le plus sacré et le plus important pour les fidèles de l'Islah.
Toute sa vie il prêcha la Réforme aux nomades d'Insanlar, leur faisant comprendre que leurs différents dieux n'étaient en fait que l'incarnation d'un seul : le Dieu Tricéphale.
Il enseigna aux nomades et leur révéla les lois divines, transformant en profondeur les croyances chamaniques des bédouins mais aussi la structure sociale et l'organisation tribale.
La Réforme entraîna de grands conflits qui durèrent longtemps, mais les fidèles de Zénobar vainquirent leurs ennemis et imposèrent la nouvelle religion.

La vie de Zénobar est entourée de mythes et n'est connue qu'à travers les textes sacrés écris par ses disciples longtemps après sa mort.
On ne connait pas ses origines exactes, mais il était certainement un prédicateur Sélène né en Terre Sainte et  déportés après le pillage du pays par la Grande Horde.
Lors de son voyage vers l'Insanlar, il aurait reçu le message d'un serviteur de Dieu, le chargeant d'unifier les peuples humains et d'étendre l'Islah au monde entier.

Sa prédication permettra 500 ans après sa mort l'unification de tous les clans Sanlar, rendue possible par la pratique d'une religion unique, par Sondjak le Grand, qui prendra le titre de Calife et de Prince des Croyants. Il se voudra le chef de l'Islah et le successeur de Zénobar.
L'avènement du Calife conduira les Sanlars à dominer une grande partie de l'Orient, en créant un vaste Empire qui connaîtra son apogée au cour du VIIéme siècle.
En 634, ??? sera reprise par les Sanlars.

Écritures saintes
L'Islah s'expriment à travers deux livres saints : la Kuna, le livre sacré recueillant l'histoire du monde, de sa création par Dieu jusqu'à la Réforme de Zénobar, et le Haqq, le livre des lois.

La Kuna est une relecture des mythes au regard des croyances des bédouins. Elle mélange les légendes païennes aux histoires cosmologiques des Sélènes.
Le livre a été composé par les fidèles de Zénobar, longtemps après sa mort, en réunissant de morceaux de texte écris de son vivant et en recueillant les témoignages de ceux qui l'avaient assistés à ses prêches.

Il en est de même pour la Haqq, le livre des lois.
C'est un livre très important pour les Sanlars, car il encadre leur vie en leur donnant des règles. C'est le livre de la justice divine.
Les Qadi et les Muftis sont les spécialistes du Haqq.
Il existe différentes écoles de pensées qui coexistent et interprètent différemment les textes.

Dieu et ses incarnations
Avant la réforme, les Sanlars étaient polythéistes. Ils croyaient en un panthéon fait de 3 dieux frères dominant des divinités subalternes.
Le premier, Sama, était le Dieu du Ciel, le deuxième, Ard, le Dieu de la Terre, et le dernier, Yamm, le Dieu des Océans. Chacun régnait sur une cour de petites divinités qui entraient en relation avec les Hommes.
Les Sanlars priaient les dieux grâce à des autels placés dans la nature. Leur culte était très proche de la nature et avait quelques caractères animistes.

Par sa prédication, Zénobar démontra aux Sanlars que leur dieux n'étaient en réalité que différentes incarnations du Dieu Tricéphale, et que les divinités inférieurs n'étaient autres que ses serviteurs, les malaks.
Ainsi, pour les Sanlars, le Dieu Tricéphale s'expriment sous 3 formes : le Ciel, la Terre et l'Océan, que représentent ses 3 visages.

Devoirs cultuels
Les 7 actes
Au cour de sa vie, le fidèle devra accomplir 7 actes pour devenir un être complet.
L'un des 7 actes est particulier aux sexes.

Le circoncision
A 8 ans, le jeune garçon devra se faire circoncire. La circoncision marque son passage de l'enfance à l'âge adulte, dès lors il ne pourra plus accompagner sa mère et ses sœurs dans le harem et sera élevé par son père.

La purification
La purification concerne les femmes et est à répétée après chaque accouchement.
Le mise au monde d'un enfant est considérée comme un acte très impure et pour se purifier, la femme devra rester enfermée chez elle pendant 40 jours. Le temps de purification est augmenté si le bébé est mort-né. L'époux et sa famille devront être présent pour elle pendant toute la durée de la purification.

L'union
L'union est le mariage entre un homme et une femme. Les hommes peuvent se marier plusieurs fois et avoir des concubines, alors que les femmes doivent rester fidèles. L'adultère est très sévèrement puni.
L'union sacrée se fait devant un prêtre, dans un lieu de culte, généralement un Temple, et devant témoins. Le prêtre, après avoir récité les incantations en l'honneur de Dieu, réuni les mains  des mariés puis les brûles légèrement avec une flamme. La cicatrice signifie leur union.

Le pèlerinage
L'adepte doit, au moins une fois dans sa vie, faire le voyage jusqu'à ??? pour y prier au Templs.
Une fois le pèlerinage effectué, tous les péchés du fidèle sont absous. S'il pèche de nouveau, il devra refaire le voyage.
Depuis la conquête de ??? par les croisés, il est devenu difficile pour les fidèles de faire le pèlerinage.

Le sacrifice
Pour prouver sa foi à Dieu, le fidèle devra lui sacrifier par le feu son plus beau chameau.
Cet acte symbolise sont dévouement.
Souvent, ce sont les parents qui offrent à leurs enfants les animaux à sacrifier, en dépensant pour les plus pauvres toutes une année de salaire. Les riches aiment à sacrifier plusieurs beaux chameaux, pour être sûr d'obtenir les faveurs de Dieu, mais les prêtres les sermonnent pour orgueil.

Les 7 prières
Chaque jour, le fidèle doit faire 7 prières : 2 le matin, avant et après avoir mangé ; 2 le midi, avant et après avoir déjeuné ; 1 l'après midi, lors de la pause ; et 2 le soir, avant et après avoir dîné.
Les 6 prières du repas sont courtes, le fidèle ne récite que quelques psaumes pour remercier Dieu.
La prière de l'après midi est la plus longue et la plus importante. Le fidèle devra s'agenouiller vers le Temple, de préférence sur un tapis propre, après s'être lavé les pieds et les mains et ôté son chapeau. Puis il récitera les psaumes pendant une dizaine de minutes, voir plus s'il a péché.

Le jeûne
En souvenir de l'abstinence de Zénobar pendant 7 ans, le fidèle devra jeûner le jour pendant 7 semaines par ans, où il ne pourra manger que la nuit.
Le jeûne n'est pas obligatoirement à faire en continu et peut s'étendre sur toute l'année, mais il doit durer une semaine minimum à chaque fois.
Généralement, les membres de communauté jeûnent tous en même temps, sous l'organisation d'un prêtre. La fin des 7 semaines de jeûne laisse place à une grande fête.

Les funérailles
Mourir est le dernier acte qu'accomplit le fidèle avant d'entrer au Paradis.
Perdre la vie au combat est plus honorable, mais mourir très vieux après avoir mené une vie consacrée à Dieu l'est aussi. Mourir assassiné ou exécuté est très déshonorable.
A la mort du fidèle, son corps sera enveloppé dans un linceul blanc d'une pièce, recouvrant sa tête mais laissant apparaître son visage. Sur ses yeux clos, on déposera des pierres volcaniques.
Le fidèle sera ensuite posé devant un temple ou un lieu de culte, puis après avoir reçu les dernières prières, sera enterré la tête vers le Temple.

Branches
L'Islah se divise dans 4 principaux courants théologiques.

Mukhalas
Les Mukhalas sont les fidèles de la vraie foi, la branche principale de l'Islah qui reconnait le Calife de Dalam-Arba. Elle comprend 90% des croyants.
Le terme mukhalas, "fidèles", n'est apparu qu'au IXéme siècle pour différencier les soutiens du Calife de ses opposants, les Munshaqqins. Dans les faits, les fidèles ne s'appellent jamais ainsi et se disent simplement partisans de l'Islah.

Jadadislah
En 337, Al-Akhir, un Imam d'Insanlar, prêche une nouvelle réforme, la Jadadislah, dans la suite de Zénobar.
Mais ses idées sont très mal reçues et il finit menacé de mort et ses quelques fidèles persécutés. Pour échapper aux possibles attaques, Al-Akhir décide de s'exiler. Il se réfugie dans le Nord du proche-orient où ses idées sont beaucoup mieux acceptées par les païens locaux. Il parvient à convertir le peuple des Boroméens.

La Jadadislah est toujours la religion principale des Boroméens, même si elle subit la forte concurrence de l'Islah d'origine depuis la conquête du proche-orient par les Sanlars, engendrant des troubles religieux dans le pays.

L'originalité de ce mouvement de l'Islah tient dans son clergé héréditaire.
Ainsi, Al-Akhir a donné naissance à la dynastie des Grands-Prêtres qui règnent en maître sur la religion des Boroméens.

Munshaqqins
Les Munshaqqins, les "dissidents", sont les opposants au Calife.
Pour eux, le Prince des Croyants est un tyran qui n'aucune légitimité à commander à la religion. Ils réclament un culte libéré du clergé, comme à l'époque de Zénobar bien avant l’avènement du Calife.
Les Munshaqqins forment une secte d'hérétique véhémente, n'hésitant pas à faire des attentats pour entendre leurs revendications. Elle prend racine au proche-orient, chez les bourgeois, et finit par s'infiltrer dans toute l'administration du Califat.
Ainsi, le mouvement aboutit à l'Insurrection des Munshaqqins : en 911, les dissidents prennent les armes à Dalam-Arba, s'emparent du palais et massacre le cercle des Mollahs, le Calife et sa famille. Cet événement mettra fin au Califat et à l'Empire Sanlar.

Janubides
Le culte Janubide ne diverge en rien du culte principale. Ce sont les partisans du Calife de Dakthar qui lui reconnaissent sa légitimité.
Les janubides apparaissent après l'Insurrection des Munshaqqins et sont surtout présents en Daktharide.

La Croisade a donné un nouvel élan au mouvement dans tout le proche-orient, que les prédicateurs du Calife de Dakthar exploitèrent au maximum.
Pour contrer l'envahisseur d'Occident, les levantins se tournèrent vers le Calife puis lui demander son secours, ce que les émirs de la Terre Sainte étaient incapables de faire.
Malheureusement, les espoirs des autochtones tournèrent cours lorsque le Calife s'allia aux Croisés pour combattre ses opposants religieux, car son objectif n'était pas la reprise de la Terre Sainte, mais  la reprise de Dalam-Arba sur les Munshaqqins.
Le Calife de Dakthar revendique l'autorité sur tout le proche-orient, mais se confronte aux émirs Mukalas et Munshaqqins qui refusent son autorité. Le Calife espère ainsi se servir des Croisés pour atteindre ses rêves.
Islah
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rex Bellator :: Encyclopédie :: Encyclopédie générale-