Partagez|
avatar
Armarius
Messages : 373
Date d'inscription : 12/01/2016
MessageSujet: Commerce Mer 7 Déc - 18:18
Commerce

Les Marchands
A l'origine les artisans vendent eux même leurs produits, mais dans les villes tous les métiers ne sont pas représentés ou pas en assez grand nombre pour subvenir au besoin des habitants. C'est là qu'intervient le mercier.

Les merciers "marchands de tout et faiseurs de rien" sont les marchands intermédiaires entre le fabriquant et le public, qui rassemblent les produits des artisans pour les mettre à disposition des acheteurs. Ils ne produisent rien, les industrielles y veillent, et vendent de tout.
Il existe deux sortes de merciers, l'ambulant appelé colporteur, et le sédentaire appelé boutiquier.
Le premier parcours les chemins, transportant ses marchandises sur le dos ou portées par une bête de somme, pour se rendre dans les foires où tous les marchands du monde se retrouvent.
Le second possède sa boutique en ville et reçoit ses produits des artisans de la ville à qui il passe commande.
Les routes sont dangereuses et les grands voyages sujets aux attaques des pilleurs et des pirates. Les marchands  itinérants voyagent en groupe armé. Parfois ils reçoivent l'assistance des soldats du Prince local qui les prends sous sa protection surtout pour des raisons économiques.

Mais de plus en plus les grands marchands se sédentarisent, préférant rester derrière son écritoire en sécurité, entourés de personnelle pour maintenir une correspondance intensive les mettant en relation constante avec leurs différents associés à travers le monde et les commis* qu'ils envoient convoyer d'importantes cargaisons.
Certains se sont transformés en courtiers*, des intermédiaires avec les marchands étrangers à qui ils procurent logements et entrepôts contre une commission.

Marché et foire
Les lieux d'échanges prennent la forme de marchés, se tenant toutes les semaines, et les foires, généralement annuelles ou semestrielles.
Les Croisés ont apporté avec eux les foires.

Dans les marchés opèrent les mercatores, les intermédiaires entre les producteurs et les marchands à longues distances. Sur les étales, les produits locaux sont mit en valeur et sont échangés contre les produits lointains qu'apportent les marchands.

Les foires, moins fréquentes mais plus longues (elles durent un ou deux mois), ont une zone d'influence beaucoup plus importante que les simples marchés locaux et permettent de traiter les affaires en gros volume. Elles n'ont pas qu'un rôle économique, elles donnent aussi l'occasion de grandes fêtes. Les foires donnent lieux à une grande concentration de population.
Certaines ont dépassé le cadre de leur pays pour devenir internationale et concentrer des produits exotiques venus des quatre coins du monde connu. Les foires sont spécialisées dans certains produits, comme les grandes foires du vin ou celles des draps.
Les foires sont dirigées par un maître des foires secondé par une chancellerie, chargée de rédiger les contrats de vente marqués du sceau des foires, et par des sergents responsable de la régularité des accords. Des tribunaux traitent des litiges commerciaux.
Les marchands venant du monde entier sont regroupés en nation et chacun apporte sa spécialité.

Guildes
Dans les grandes villes, les métiers se réunissent souvent en guilde.
Ce sont des groupements qui soumettent leurs membres à une discipline collective, ils prêtent serment de s'assister mutuellement et de lutter ensemble contre la concurrence.
Les membres doivent payer une taxe allant dans les caisses de la corporation.
La guilde assure aussi l'encadrement religieux de ses membres, avec un saint patron et l'organisation de fêtes qui lui sont liées.

Si la guilde est reconnue par le souverain, elle peut obtenir des droits.
Elle se retrouve dès lors en situation de monopole car les métiers libres sont interdits, tous artisans devant obligatoirement s'incorporer à la guilde.
Elle peut accéder à la personnalité juridique, réglementer le métier et engager une police.
Dans les cités, les guildes peuvent devenir rapidement importantes, riches et puissantes, capables de négocier avec le souverain et de lui poser problème.
• Plus en détail : [url=*]Liste des guildes[/url]

Banque
Les banquiers ont commencé dans les foires où ils s'occupaient du change entre les marchands qui utilisaient une monnaie différente.
Peu à peu les banquiers ont développé leur activité, notamment en créant la lettre de change, très populaire chez les nobles.
Beaucoup de Croisés quittant l'Occident pour la Terre Sainte vendent tous leurs biens avant de prendre la mer en échange d'une lettre de change. Arrivés sur les côtes du Levant, ils peuvent alors payer avec leur lettre auprès des intermédiaires des banques occidentales.
Les banquiers sont aussi des prêteurs sur gage et des usuriers.
Ils sont capables de prêter de forte somme d'argent contre un fort taux d'intérêt.
Les Seigneurs peuvent mettre en gage leurs objets précieux et même leurs terres contre 60 % de leur valeur. S'ils ne parviennent pas à rembourser leur dette, l'objet du gage devient la propriété du prêteur.

Routes commerciales
Le surplus de la production a permis l'essor du commerce et des grandes routes marchandes.
On compte 7 sortes de routes : l'alimentation (grains, vins, sel, poissons fumés ou salés) ; l'habillement (laine, lin, fourrures, cuirs, peaux, produits tinctoriaux) ; la construction (pierres et bois d'oeuvre) ; les transports terrestres (chevaux) et maritimes (goudrons, cordages, toiles à voile) ; l'éclairage (cire) ; la métallurgie (métaux en lingots, armes, orfèvrerie) ; la céramique et la verrerie.

Les marchands ont fondé des comptoirs commerciaux partout dans le monde.
Il s'en trouve beaucoup sur les côtes de la Terre Sainte où les richesses de l'Orient sont envoyés en Occident. Le commerce transocéanique crée les fortunes des marchands les plus ambitieux.
Des ports de l'Orient partent l'huile d'olive, les dattes, la soie, les épices, les poteries, l'orfèvrerie.
On importe beaucoup de bois (ressource manquante en Terre Sainte) et de denrée alimentaire introuvable en Orient, le produit des forêts, les porcs, les bœufs, l'alcool...

Des pays du Sadàn à l'extrême sud, voyagent l'or et les esclaves jusqu'à Dakthar où ils se diffusent ensuite dans toute la Terre Sainte.
La soie, le cuir et les fourrures viennent de l'Est, transportés par les nomades jusqu'à Tésifane ou Dalam-Arba.

Commerce
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Vers la règlementation du commerce du tabac
» Démission de la vice présidente de la Chambre de commerce
» Le commerce dominicain, une aide humanitaire à Haïti ?
» Forum sur le commerce et l'investissement en Haiti (15nov07)
» [Mission de Rang D]Un commerce lucratif

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rex Bellator :: Encyclopédie :: Encyclopédie générale-