Partagez|
avatar
Armarius
Messages : 373
Date d'inscription : 12/01/2016
MessageSujet: Géographie humaine Dim 2 Juil - 14:03
Géographie humaine

Zones de population
Avant la Première Croisade, les Hommes se concentraient principalement sur les côtes du Levant, mais l'invasion des occidentaux provoqua un exode massif de la population Sanlars vers l'intérieur du continent.
Ainsi, les grandes villes des terres virent leur démographie grossir rapidement, à défaut des villes côtières qui se vidèrent.
Aujourd'hui, les centres de population entre l'Ouest et l'Est se sont plus ou moins équilibrés.

Les Hommes se concentrent dans de grands foyers de population principalement autour des points d'eau : les côtes océaniques, les rives des grands fleuves, les oasis.
La population reste principalement paysanne et vit dans les campagnes, dispersés dans les hameaux ou regroupés dans les villages et les bourgs fortifiés, près des forteresses.
Les grandes villes comptent entre 20 000 à 30 000 habitants.

La guerre, suivit de crises économiques dû aux destructions et aux déplacement de population, à nettement fait baisser la démographie générale du proche-orient. L'exode rural a permit aux villes de mieux résister que les campagnes et les cités contrôlées par les Croisés ont bénéficié de l'arrivée de colons d'Occident.

Les villes
Au proche-orient il existe 11 principales villes : [url=*]?[/url], [url=*]Qassem[/url], [url=*]Cépholion[/url], [url=*]Achélan[/url], [url=*]Andaral[/url], [url=*]Port-de-Grâce[/url], [url=*]Dalphas[/url], [url=*]Dakthar[/url], [url=*]Iskirun[/url], [url=*]Tésifane[/url] et [url=*]Dalam-Arba[/url].

Après 4 siècles de domination Sanlar, les villes ont vu leur apparence modifiée en profondeur, et les Croisés présent depuis 30 ans n'ont pas changé grand chose.
Les vieilles cités antiques ont laissé place aux médinas construites sur le modèle d'Insanlar en Orient Central.

L'architecture Sanlar se caractérise par ses arcs, coupoles, stucs ciselés, ses portes massives sculptées et ses faïences et mosaïques. Les bâtiments sont construits en terre cuite, en brique, en pierre, mais surtout avec un mélange de terre cuite, de chaux et d'argile appelé pisé.
Il y a peu de bois étant donné l'absence de forêt dans le proche-orient.
Les jardins, les vergers et les fontaines occupent une place prépondérante dans les villes.
Les médinas juxtaposent les activités humaines, sociales, religieuses, économiques, administratives et résidentielles.

L'habitation traditionnelle, appelée riad, est un bâtiment haut de 1 à 4 étages, refermé sur lui même.
De l'extérieur, il n'apparaît que des murs aux façades neutres sans grandes ouvertures pour protéger de la chaleur et du bruit de la rue.
L'intérieur prend la forme d'un puits : au centre un patio qui sert de salon, avec jardins, fontaines et bancs, entouré d'une galerie qui sert à se déplacer. Le patio offre un micro climat frai, préservé du vent et de la chaleur. Le sommet du puits peut être fermé par une toile ou une verrière, protégeant ainsi de la météo et de la lumière.
Autour, des balcons étagés tournés sur l'intérieur dont on accède par des escaliers en colimaçon.
Les salons sont au rez de chaussée, ouverts sur le patio, et les chambres sont placées aux étages.
Le toit est souvent aménagé en terrasse, avec pour les plus riches,un hammam et un solarium.
Le riad est décoré de plantes, sculptures, mosaïques et faïences, de tapis et de fresques. Le mobilier est rare, fait de bancs, de fauteuils, de lits et de coffres.

Les mosquées, centres religieux où se tiennent les prières communes, occupent une place centrale dans la vie de la cité.
Il en existe deux types : les mosquées de quartier, ouvertes à tous au quotidien, et les Grandes mosquées, utilisées pour la prière du vendredi.
A côté des édifices religieux, on trouve des madrassa, des écoles religieuses où les enfants du quartier viennent apprendre à lire et étudier le droit. Ces écoles vivent des dons des plus riches de la ville.
Non loin, se trouve aussi le khanqah, une sorte de couvent où les théologiens (ouléma), les juristes (muftis) et les scientifiques se regroupent. On y trouve aussi le bureau du Qadi, le juge suprême de la ville.
Il existe des complexes qui regroupent tous ces bâtiments dans une même structure, financés par les boutiques de la ville.

Les villes sont parsemées de sabil, des fontaines publics construites proches des lieux importants par les plus riches, où les habitants peuvent boire et effectuer leurs ablutions, et de hammams, les bains publics, des hauts lieux de socialisation où toutes les classes de population s'y retrouvent. Ce sont les berceaux des rumeurs et des intrigues.

Les rues sont étroites et souvent sales, jonchées de déchets et d'immondices, malgré les efforts des autorités pour nettoyer les rues.
La promiscuité entraîne souvent des problèmes d'hygiène public.
Les maristans, des hôpitaux sanlars, accueillent gratuitement tous les malades.

A l'extérieur de la ville prennent place des caravansérails qui accueillent les marchands ambulants venant vendre leur produit dans les souks et les bazars de la ville. On y trouve des hôtels et des écuries, ainsi que des entrepôts.
Les coursiers peuvent s'y reposer, se ravitailler et prendre des chevaux neufs.

Les Campagnes
Les campagnes concentrent la grande majorité de la population.
On y vit des l'agricultures et de l'élevage. En période de jachère, les paysans se convertissent en artisans.

Les habitants vivent dans des hameaux, fait des maisons dispersaient dans la campagne, ou en petits villages. Les bourgs sont de petites villes, souvent fortifiées pour répondre aux violences de la guerre, qui regroupent les structures administratives, l'école, et l'église ou la mosquée. Les remparts sont surveillés par les villageois à tour de rôle, entretenant un ciment social solide.
Chaque village possède son Raìs, son représentant, et son cheik, l'ancien du village.
Le Raìs est l'intermédiaire entre les villageois et le Seigneur. Il prélève les impôts et rend la justice. Il est désigné par la communauté.

Les occidentaux ont laissé en place l'administration des campagnes, mais ils ont apportés avec eux le système féodal, avec son Seigneur et son château qui contrôle la campagne, créant des seigneuries.

Routes terrestres et fluviales
Plusieurs routes relient les principales grandes villes entre elles et disposent tout du long d'un système de postes et de relais avec chevaux frais et ravitaillement.
Pour emprunter ces routes et bénéficier des relais gratuits il faut obtenir un sauf-conduit du maître du domaine, ou bien du Roi.
Les routes sont idéales pour les marchands, les coursiers et les armées qui s'y déplacent beaucoup plus rapidement.
Elles constituent aussi un moyen de communication rapide, par un système de tours et de boucliers réfléchissants qui informent l'approche de l'ennemi.

Aujourd'hui et depuis la Première Croisade, le chaos a reprit ses droits et malgré la présence des patrouilles royales les routes sont infestées de vermines, de pilleurs et de bandits de grands chemins.

Les grands fleuves permettent la navigation des petits bateaux.
Ils sont beaucoup plus sûrs, plus rapides et moins fatiguant pour les voyageurs.
Surtout, ils permettent le transport de charges lourdes, de pierres, d'armes de sièges, de grosses cargaisons marchandes.

Le Mecmérus et le Dirambe, qui se rejoignent dans le Ghanèm pour former le Rehan, sont les principales voies de navigation fluviale.
Le Lac Chahine permet de rejoindre l'Océan Central beaucoup plus rapidement en passant par le canal de Chahine. Mais celui-ci n'est pas toujours ouvert, cela dépend qui le contrôle, et surtout, son passage est parfois lourdement taxé.

Les nomades du désert utilise un circuit entre les oasis pour rejoindre les villes marchandes et faire du troc, échangeant les produits qu'ils achètent ou produisent en Orient Central et même en Extrême-Orient.
Géographie humaine
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» SUJET TERMINE - Bombe Humaine - Caractère explosif? [Eris]
» Le Hobbit, une espèce humaine différente de l'homme moderne.
» Lassitude de la vie humaine -Terminé-
» La connerie humaine est sans limite !!!...
» Orks à la peau humaine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rex Bellator :: Encyclopédie :: Encyclopédie générale-